2011, année Bonze ?

Publié le par Lone Ghazael

Rien ne va plus, refaites vos voeux ... L’année de tous mes dangers

annee-bonze_n.jpg

 

J’ai envie de te raconter mon année 2011, année bonze. Il fallait au moins l’être pour supporter sereinement les mouvements contraires et avariés. Je ne parle pas de l’actualité quoique à bien y regarder il y a quelques similitudes entre mon vécu et les événements qui ont marqué l’année.

Espoirs de la REVOLUTION en marche, tremblements et irradiations d’amours  toxiques,  chute du dictateur, mon inconscient névrosé, démocratie et élections de mes petites voix intérieures,…

Fin 2010, je m’étais promis de ne plus subir  les affres d’assauts du cœur et résignée à un célibat teinté de zénitude. Tiens cela me fait penser à ce passage assez délicieux dans « Mange, Prie, Aime » où la narratrice s’était cru assignée d’une divine mission dans l’ashram. Elle s’était forcée au silence, croyant atteindre ainsi l’ultime éveil, persuadée être nimbée d'une aura lumineuse. Si tu l’avais lu tu aurais tout de suite compris de quoi je parle. Autant te dire qu’elle était à côté de la plaque, et elle a vite compris le ridicule de la situation. Tu vois, comme elle dans un autre registre,  je m’étais dis, convaincue des bienfaits du célibat  "vive la liberté et F*** les mauvaises raisons de tomber amoureuse ou pire celles de se mettre en couple". Forte de mes résolutions, j’ai attaqué l’année légère, la fleur à l’arc … mais ce n’est pas du tout ce que la vie avait prévu de me faire subir. Chasser le naturel, il revient ce salaud !!!


Dès le début de l’année, et pour cause de circonstances très atténuantes, j’avais replongé aussi sec –oui ça fait plus mal - et bien sûr morflé, dans la joie et la folle humeur inconsciente de la blessure que je m’infligeais. Quelques mois plus tard, un ruisseau de larmes et un pavé de questions restées sans réponses, je me suis réveillée un matin et regardée droit dans les yeux : j'avais  le visage marqué de trop réflexions et assombri de trop peu de clairvoyance. J’y ai vu les voies sans issue, empruntées depuis tant d’années, les attentes à sens unique, sous mes airs d’auto-doutes. J’ai beau être une sorte de 4x4 qui s’adapte à beaucoup de situations, tu vois il y a parfois des contorsions très douloureuses et des terrains glissants et accidentés même pour une femme tout terrain comme moi …

Ce matin là, je venais de comprendre que j’étais restée postée tout ce temps devant une porte fermée. Non mais sans blagues, comment on peut être aussi conne à cogner, à trépigner devant l’évidence d’une porte close et définitivement rouillée. Tout d’un coup, tout est devenu limpide,  mais si bien sûr,  tout ce que j’avais vécu,  toutes ces personnes qui ont croisé mon chemin,  toutes les pelles associées aux râteaux, des cerises sans le gâteau, … avaient un sens. J’en avais lu des trucs, j’en avais vu des psy, j’avais compris raisonnablement qu’il y avait un problème dans ma vie. Mais là, ‘tain j’étais face à une porte fermée,  au milieu de nulle part,  j’pouvais passer à gauche,  à droite,  tout était ouvert et je ne l’avais même pas remarqué. L’amour est aveuglant !

Le déclic,  ayé sauvée par le dong !!! Enfin le cœur (et pas la peur hein) parlait à la raison, et la raison lâcha prise pour écouter attentivement la petite voix de l’âme fatale. Appelle ça comme tu veux, intuition, esprit, conscience, Dieu si tu te prends pour Jeanne, peu importe les moyens, laisse toi pénétrer par les voix intérieures. Je ne souffrirais plus par amour, … et le reste n’est que littérature.

Bâillonnées les névroses avec leur trémolo, grippé l'engrenage des répétitions. Si les livres m’ont inspirée la connaissance, et peut-être même la sagesse,  les rencontres en revanche m’ont transformée, pétrie, moulée pour être ce que je suis aujourd’hui : un petit bout de femme heureuse.

Bon je ne te parle pas de passion, de coup de foudre ou du nirvana béat. Je te parle seulement d’un truc profondément simple, tellement évident que tu passes à côté des centaines de fois sans le voir. Parce qu’on s’était mis un microscope sous les yeux, qu’on s’attardait sur des détails insignifiants, on décortiquait nos sentiments à coup de théories de laboRAToire. J’ai envie de te dire, ce n’est pas là que ça se passe : l’essentiel est invisible aux yeux princesse.

Bref, en ce dernier jour de grasse mat 2011, Je savoure l’amour et dis MERCI … à toi, à tous les ex qui m’ont permis de trouver mieux, à mes innombrables lectures , à ceux qui m’ont encouragé à écrire, à ceux qui m’ont fait confiance en m’accordant une rubrique dans leurs sites. Aux hommes de ma vie, du plus senior à mon mâle de chat.

Et puis merci de me lire, de me suivre d’être mes fans, d’ailleurs je vous réserve bien des surprises en 2012, anti-louze !!!



Happy  new or last year, l'avenir nous le dira mais n'en gachez surtout pas une miette !!!

Publié dans Vie de Femmes

Commenter cet article