Lost in transition

Publié le par Lone Ghazael

sex friend XS

Au sortir d'une relation qui a vraiment compté et qui s'est lamentablement terminée, avant de repasser aux "choses sérieuses" certains passent par une relation dite "de transition". Il y a plusieurs façons d’aborder ce tournant prémices à une nouvelle vie amoureuse : la plus médicale, une prescription de sex-friend, la plus partisane, un PC (prononcez Plan Q) ou la plus gourmande se payer des "Chupa oops" : flirts sans importance qui regonflent l’égo ratatiné et mettent un peu de baume au cœur brisé.

 


Une relation de transition sert à ne pas replonger tête baissée dans une histoire d’amour avant d'avoir compris et digérer ce qui s'est passé. Cette période permet de réduire le risque de reproduire exactement les mêmes schémas qui ont voué à l'échec la précédente histoire tout en évitant d'emprisonner la nouvelle romance dans d'inévitables comparaisons aussi stériles que fatales.

 

Quelques précautions à prendre et deux trois trucs à savoir pour ne pas s'y perdre :

 

  • Les deux parties doivent être libres de tout engagement et aucun des deux ne doit jouer au docteur du cœur … à sens unique : Les relations liées sur la surface de réparation sont inéluctablement hors-jeu !!!

 

 

  • Il vaut mieux être au courant du passé récent de son partenaire et vouloir surfer sur la même vague "blue light"

 

 

  • Respect Complicité et Dissipation de tout malentendu sont nécessaires si la relation dure et qu’elle n’est pas vouée à se concrétiser sur le chemin du grand bonheur.

 

 

A quel moment survient une relation de transition ? Cela dépend beaucoup de la situation que l’on vit et du stade auquel on est dans la rupture.

 

Il y a ceux qui sont en couple, désinvestis, pour qui la nouvelle rencontre survient au moment où ils ont besoin d'un coup de plus vers la porte de sortie. Une façon de faire comprendre- factuellement- à leur partenaire que c’est fini, ou alors rassuré(e), de ne pas se retrouver seul(e), ils/elles franchissent le pas.

 

Il y a la rencontre qui se fait pendant la phase la plus difficile du deuil : la déprime voire dépression. Une nouvelle rencontre met des étincelles, aide à surmonter le temps et la blessure, rend vivant, plaisant et désirable. Là aussi, si vous vous reconnaissez dans le profil du bon Samaritain attention à ne pas remplir le rôle du plombier qui colmate les fuites et débouche l’horizon ; une fois le service rendu, c’est payé, balayé, oublié à autre chose il/elle va passer.

 

Il y a une multitude de scénariis, et ce n’est parce qu’une relation de transition dure qu’el

le n’en est pas une. Le temps de réparation est plus ou moins long pour chacun et il peut se passer plusieurs mois voire années avant de s’apercevoir, en général au moment où la relation doit prendre une tournure plus engageante (emménager ensemble, un mariage, un bébé, monter un projet pro, ..) que l’on ne se voit pas avec cette personne plus longtemps. Au bord du précipice, un des deux voulant faire un grand en avant tombe dans le vide du grand malentendu ...

 

Toutefois cela n'exclut pas qu'à de rares exceptions, des relations nouées très vite après une séparation, soient solides, construites pour durer et pour confirmer ces règles.

 

Mais il existe d’autres alternatives pour les moins téméraires du cœur et les plus solitaires. Quelques pistes, de la plus sympa à la moins glamour : un tour du monde, une année sabatique, une retraite boudhiste, un engagement associatif – il y a toujours plus malheureux que soi-, une relation divanesque et interminable avec un psy ou plus "Prozaïc", c’est malheureusement encore la solution la plus fréquente : vivons heureux, vivons d'cachets !?!!?


 

Cette chronique a été rédigée pour le compte d'Un blog Nommé Désir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article