V'là le printemps : la saison des amours est ouverte !

Publié le par Lone Ghazael

 

 

cerveau amour

 

 

 

Soufrant de plusieurs symptômes, j’ai décidé d’aller voir mon médecin. Il se trouve que depuis quelques jours je me sens à la fois fébrile et euphorique. J’ai l’iris dilaté, je fais de la tachycardie avec parfois un souffle au cœur ….

 

 

- Que m’arrive t-il, c’est grave docteur ?

 

- J’ai ma petite idée là dessus, mademoiselle, mais pour être sûr je vais vous prescrire une série d’analyses, me répond t-il.

Mon ordonnance dans le sac je cours au labo. Prise de sang, résultats attendus dans 24h.

 

Le jour J, quel que peu angoissée j’ouvre l’enveloppe et note que mes taux de sérotonine, endomorphine, ocytocine ou lulibérine et de dopamine explosent … je vois rouge, je m’inquiète et retourne demander conseil à mon praticien :

 

- Docteur qu'est-ce qui se passe ? Je suis très inquiète, ça se soigne … ?

 

- Ecoutez mademoiselle, je pense que vous êtes atteinte de la maladie d’A..

 

- « Stoooop !!! dis je en lui criant presque dessus, je ne veux pas d’un je crois, je veux une certitude, et s’il le faut, je me prête à d’autres investigations avant que vous m'annonciez votre diagnostic. S’il vous plait, docteur ne dites rien si vous n’êtes pas sûr.

 

- Vu comme ça, je vais vous demander d’aller voir un confrère psy et nous verrons par la suite, en me tendant un post it avec un mot griffonné dessus.

 

 

Je prends le nom et l’adresse pour une séance divanesque. Rendez-vous pris en urgence, je me retrouve quelques jours plus tard, dans un bureau-boudoir face à Freudette la barbe en moins :

 

 

- Alors mademoiselle, que vous arrive t-il ?

 

- Ben je ne sais pas comment vous expliquer, ça ne me ressemble pas trop, je suis euphorique et totalement à côté de mes pompes

 

- Expliquez-vous …

 

- Je me réveille à 6h en pleine forme, je dors comme un bébé et j’ai envie de chanter dans la rue. Mais le plus inquiétant c’est quand mon boss m’envoie un mail incendiaire parce que je n’ai pas pu ficeler le dossier Martin & Associés dans les délais, je ne trouve rien de mieux que de lui répondre, gentiment et avec un sourire béat, que je n’ai pas eu le temps sans aucune autre explication valable pour me dédouaner. Avouez que c’est quand même culotté ??

 

- En sommes, me dit-elle, vous vous sentez dans un cocon, comme si rien ne pouvait altérer votre bonne humeur ou vous atteindre ...

 

- Oui, c’est tout à fait ça docteur, à la limite de l’irresponsabilité. Je ne me reconnais pas … qu’est ce qui se passe, vous croyez que ça peut me rendre folle ?? je lui ai demandé la voix toute tremblante.

 

- Auriez-vous rencontré une nouvelle personne ces jours-ci ?

 

Un peu surprise par sa question, je répondis que oui, j’ai un nouveau voisin qui a eu la délicatesse d’inviter les habitants de l’immeuble pour faire connaissance …

 

- Et ?..

 

- Ben c’est tout, c’était une soirée sympa et mon voisin est charmant … J'avais remarqué qu'il aimait les cartoons des année 50s, alors j'ai pris soin de choisir ma tenue en conséquence en espérant qu'il la remarque. Vous savez je craque toujours pour les fossettes et les yeux clairs, c’est quelque chose que je ne m’explique pas. Encore un truc lié à mon enfance me diriez-vous ?

 

- Mademoiselle, je vous annonce que vous êtes Amoureuse, que vos taux d’hormones sont tout à fait normaux dans ce cas là. Je vous laisse cette petite brochure qui répondra à vos autres questions. Mais je vous conseille de garder une part de mystère à tout ça ; c’est ce qui fait tout le charme de la situation me lança-t-elle avec un grand sourire complice.

 

 

 

Hébétée mais rassurée sur mon état de santé, je plonge dans la lecture du document qu’elle m’a donnée.

 

Elle court, elle court la maladie …

 

 

Si tomber en amour était une maladie, la consultation, le pronostic et le diagnostic ressembleraient à ce que notre jeune héroïne vient de vivre.

 

Vu comme ça, rien d’engageant et il y a franchement rien de glam’ à dire que ce qui nous fait tourner la tête et le monde n’est qu’un mélange de chimie, d’inconscient psy et d'une bonne dose d’aveuglement : Un manège de ouf, en somme !

 

 

 

Dans ce registre, nous sommes tous des apprentis chimistes, nous ne contrôlons rien, jusqu’à l’explosion phéroménale, les étincelles qui mettent le feu au cul. Un jeu subtil d’hormones aux noms aussi poétiques que sérotonine, endomorphine, ocytocine ou lulibérine …

 

De vulgaires molécules responsables d’étourdissements, de désirs fous, de vols planés, au moment de la rencontre amoureuse. Ce filtre, délicatement agrémenté d’une pincée de testostérone et assaisonné d’une touche de dopamine, nous pousse à rechercher toujours plus de contacts, de plaisirs, de jouissance … Il a l’immense pouvoir de nous enchaîner aux pays des merveilles jusqu’à nous rendre béatement dépendants.

 

 

 

Mais pourquoi elle/lui et pas l’autre ? Le destin, le hasard … ? pffff c’est sous-estimer le psy, l’inconscient ce maître de séant : La rencontre est une question de « névroses crochues », de mémoire, de trucs que tu ne sais même pas que ça existe chez toi.

 

Ce « je ne sais quoi » qui ravive la mémoire dans la peau : Le premier biberon, la couleur de ta grenouillère ou la douce voix de la première baby-sitter …va savoir !?!!!

 

 

 

Et comme si être shootés et manipulés ne suffisaient pas, la nature très prévoyante, complète le tableau par un état d’aveuglement : Nous nous laissons volontairement duper et nous voyons de l’autre que ce qu’il nous plaît. Exaltés que nous sommes, nous cultivons l’OGM : Objectifs et Goûts Modifiés, juste pour lui plaire et l’intéresser … un jeu de séduction digne de la parade nuptiale zoologique.

 

 

 

Le meilleur pour la fin : on sait comment ça s’attrape, on ne sait pas comment s’en débarrasser. Aucun labo ne veut mettre au point un remède malgré le potentiel humain. C’est la maladie, non contagieuse hélas, la plus répandue pour laquelle personne ne veut être immunisé … et c’est justement là que réside la magie… parce qu’au final n’ayant aucun contrôle sur la bête autant se laisser tenter et dévorer par la passion (wouahhh, c’est moi qui dit ça ?!)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Vie de Femmes

Commenter cet article