Les chiennes de garde aboient et le carnaval passe

Publié le par Lone Ghazael

 

 

 


Le hasard du calendrier a fait coïncider mardi gras et journée de la femme sur fond de mascarade et de lynchage. Il n y a qu’à regarder les centaines de statuts sur facebook ; les femmes traitaient les hommes d’incompétents, d’arrogants, de lâches et les hommes les renvoyaient sur les roses en rétorquant que ces dernières devaient cesser de vouloir leur ressembler et que tant pis pour elles si elles se retrouvaient seules et aigries, elles l’avaient finalement bien cherché. Aux femmes d’assumer leur nouvelle liberté, comme une cerise sur le fardeau.

 

Cela fait 100 ans que cette journée a été instaurée et franchement les mentalités n’ont pas beaucoup évolué. Bien sûr dans les faits les choses ont beaucoup changé, les mœurs et les lois aussi. Mais je suis sincèrement convaincue que si nous lâchions notre vigilance et la "Battle des roses contre bleus", nous perdrions très vite du terrain sur nos droits si difficilement acquis.

 

Sur ces réflexions je me suis endormie pour en rêver toute la nuit :

 

I have a dream, celui de ne plus avoir de journée dédiée aux femmes justement. La disparition de cette date au calendrier des festivités inutiles serait peut être synonyme d’équité entre hommes et femmes. Synonyme d’une société où enfin l’on se côtoie dans le respect de nos différences et complémentarités. Il est lassant de devoir endosser des peaux de mecs pour être de super nanas reconnues par ses pairs (ou pères ?) ; finalement c’est carnaval tous les jours ... qu'on arrête de se payer notre fête !!!!!!

 

I have a dream, où le terme égalité serait banni des bannières. Ce jour où l’on cessera de vouloir se ressembler pour tenter réellement de se comprendre. Le terme égalité des sexes est pour moi une aberration. D’abord parce que ce sont les femmes qui essayent d’être les égales des hommes comme si une équation ne se lisait qu'à sens unique. Et puis pour une raison évidente ; un homme sera l’égal d’une femme quand il pourra porter un bébé et enfanter. Cette expérience unique, mystérieuse puissance créatrice, ne lui sera jamais acquise avec tout ce que cela sous entend dans son cerveau reptilien, ses hormones et le rapport au pouvoir de donner la VIE. Décidemment "La femme qui aspire à être l'égale de l'homme manque singulièrement d'ambition" Dominique Quessada.

 

I have a dream qu’un jour les hommes cesseront de jouer de leur mécanique pour faire "terre" les femmes. Elles sont malheureusement encore trop souvent victimes de violences. En 2009, le Monde.fr déclarait 48.000 viols par an en France, soit plus de 5 viols toutes les heures. 1,5 % des femmes ont déclaré avoir subi un viol ou une tentative de viol.  2,5% de femmes ont subi des violences physiques. La grande majorité de ces actes est commise dans la sphère conjugale ou familiale. Sans parler de violences verbales, dénigrement, contrôle de la vie quotidienne, … et beaucoup de ces agissements criminels sont peu ou pas punis.

 

Selon une source INSEE :

      -  Une fois sur deux, c’est le conjoint qui est l’auteur des violences envers la femme à l’intérieur du ménage. C’est même le cas trois fois sur quatre quand il s’agit de violences sexuelles.

- Pour les agressions sexuelles commises à l’extérieur du ménage, 70 % des victimes disent en connaître l’auteur. La moitié de ces femmes connaissent personnellement ; il est leur ex-conjoint plus d'une fois sur cinq ou un "ami" pour 16 % des victimes.


- Il faut savoir qu’en Europe, la violence domestique est, pour les femmes de 16 à 40 ans, la première cause de mortalité et d’invalidité. Affligeante illustration de la perfection au muscu-naiinnnnn... n’est-ce pas !?!

 

I have a dream, qu’un jour travailler ne sera plus considéré comme un luxe ou une activité que les femmes assument par nécessité plutôt que par choix et dans les deux cas qu'elles doivent remplir en plus de leurs rôles domestiques ou au détriment de ces derniers. Qu’un jour épanouissement et carrière iront de soi, que retour de maternité ne rimera plus avec plafond de "mère".* Quand égalité des droits fera un jour disparaitre les inégalités de faits et des mentalités surtout.

 

Et sinon comment réagir à une étude publiée la semaine dernière, qui souligne que 25% des hommes interrogés considèrent qu’en période de crise (donc actuellement), les hommes devraient être prioritaires pour trouver un emploi ?
Une lueur d’espoir toutefois chez les 20-24 ans puisque seuls 10% tiennent ce discours, cela me rassure pour les générations futures...

Et pour finir une note d’humour d’un grand esprit féminin. Françoise Giroud affirmait qu’il n’y aurait d’égalité entre les hommes et les femmes dans le monde du travail que "le jour où on trouvera des femmes incompétentes à des postes à responsabilités". Nous avons bons espoirs !

 

Ce n’était qu’un rêve, et ce matin je veux rendre hommage à toutes les Martine Lutter Queen** ces inconnues de France, d’Europe et d’ailleurs qui se battent au quotidien pour leur liberté, leur dignité et souvent pour leur simple survie ne  l’oublions pas.



(*) : expression  inventée par l'association Maman Travaille

(**) : Merci à mon ami Yacine K. pour cette jolie expression


Publié dans Vie de Femmes

Commenter cet article